Abbatiale de la Trinité de Vendôme bâtie sur une légende

L’abbatiale de la Trinité de Vendôme est un monument religieux presque millénaire.

Une nuit de l’année 1032 est à l’origine de la construction de l’abbatiale, le comte de Vendôme Martel Geoffroy et son épouse Agnès voient trois étoiles tomber sur une fontaine dans les prairies au pied du château. L’évêque de Chartres leur conseille de fonder une abbaye dédiée à la Sainte Trinité. Trente ans plus tard l’ abbatiale de la Trinité ,  vaste édifice roman en forme de croix latine est achevé avec un autel placé à l’endroit où le couple a vu les pierres tomber.

Abbatiale de la Trinité de vendôme
Façade gothique flamboyante de Jean de Beauce

  Deux siècles ont passé, l’abbaye a prospéré grâce à sa situation proche du tombeau de Saint Martin à Tours. Sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, elle est devenue une halte pour les pèlerins. Au cours du XIIème siècle des embellissements sont effectués: élévation du clocher,  pose de vitraux. Seuls le vitrail  de Notre Dame de 1125, art roman exceptionnel, et les fresques de la salle capitulaire témoignent  du décor et de  la qualité de la technique de cette époque.

Vitrail de Notre-Dame
Vitrail roman du XIIéme de Notre-Dame

Au début du XIIIéme siècle, le transept est doté de voûtes colorées et d’un décor sculpté. C’est en 1271 qu’est lancé la construction de la nouvelle abbatiale sur l’emplacement de l’église romane. Le choeur est modifié , les parties basses voutées et vitrées.

L’abbatiale de la Trinité se transforme au long des XIV et XV éme siècles, les deux travées de la nef proches du transept sont reconstruites. La guerre de Cent Ans interrompt le chantier. Mais les travaux de restauration des chapelles et des baies flamboyantes sont terminées à la fin du XIV éme.

Salle Capitulaire Vendôme
Salle capitulaire de l’abbatiale de la Sainte-Trinité

 La façade, considérée comme l’une des créations majeures de l’architecture gothique flamboyante est attribuée à Jean Texier dit Jean de Beauce, « maître des oeuvres » de la cathédrale de Chartres au début du XVI ème.

Autres renseignements sur l’abbatiale de la Trinité: Cliquez

Cathédrale de Noyon, le gothique primitif

la cathédrale de Noyon, TRANSITION ENTRE ROMAN ET GOTHIQUE, a été enrichie d’un palais épiscopal, d’un cloître et d’une bibliothèque.

C’est en 531 que l’évêque Médard s’installe à Noyon et y transfert le siège de Saint-Quentin. Il y meurt en 545. Noyon est une ville prospère et puissante au moyen âge. En 1145 c’est le début des travaux de construction de la nouvelle cathédrale gothique à l’emplacement des églises précédentes.

Visite virtuelle 360° de la nef de la cathédrale de Noyon, Cliquez sur l’image ci-dessous.

Cathédrale de Noyon
Chapiteau de la cathédrale de Noyon
Notre-Dame de Noyon
Les tours de Notre-Dame de Noyon

La dernière cathédrale romane, où Charlemagne avait été sacré roi des Francs en 768 suivit de Hugues Capet en 987, avait été ravagée par un incendie en 1131.  Notre-Dame de Noyon est la deuxième grande église du style gothique primitif après celle de Sens, la construction se poursuit jusqu’en 1231. La construction du cloître commence peu de temps après.

La cathédrale de Noyon est entourée d’un quartier canonial de cinq bâtiments, la grande salle capitulaire à gauche de la façade, l’officialité, une petite salle capitulaire, le bâtiment du trésor, et construite au XVIe siècle, l’une des plus anciennes bibliothèques du chapitre . Un ensemble d’élégants hôtels particuliers du XVIIe et XVIIIe siècles, construits par les chanoines, cerne le parvis. Au sud de la cathédrale de Noyon s’étend le quartier épiscopale.

Croisillon hémi-circulaire, cathédrale de Noyon
Vue du cloître sur le croisillon hémi-circulaire nord de la cathédrale
Cloître, cathédrale de Noyon
Le cloître ouvre sur la salle capitulaire

En savoir plus sur la cathédrale de Noyon.

La Pointe du Raz au soleil couchant…

De la Pointe du Raz, vue dégagée sur le phare de la Vieille et l’Île de Sein au soleil couchant. 

Cette visite virtuelle Oriell de la pointe du Raz, postée en juin 2014, est vue plus de 400 fois par jour sur GoogleMap. Soit actuellement plus 302000 vues!

Pointe du Raz
Pointe du Raz, Phare de la Vieille et Ile de Sein

Merci à tous ceux qui ont cliqué sur cette image….

 Voir sur Google Map.

Cathédrale de Senlis au grand choeur…

La cathédrale de Senlis est l’une des premières églises gothiques du pays.

Ce qui frappe lorsqu’on arrive au centre de la croisée du transept de la cathédrale de Senlis, ce sont ses proportions inhabituelles. Le chœur est haut et profond tandis que l’orgue au fond de la nef semble proche, contrairement à la plupart de nos églises où l’effet est inverse. L’effet de volume et d’espace est donné par les doubles collatéraux de chaque côté ce qui rend la nef plus large que longue, 28 m en largeur pour 23 en profondeur.

Entrez dans Notre-Dame de Senlis, la visite virtuelle 360° en haute définition, donne en quatre images un aperçu de la beauté de l’édifice.

Cathédrale de Senlis
La cathédrale Notre-Dame de Senlis

A l’origine de la construction, le plan de Notre-Dame commencée en 1151, sur l’emplacement d’un sanctuaire plus ancien, ne comporte pas de transept.

Flèche de la cathédrale de Senlis
La flèche du XIIIe de la cathédrale de Senlis

En 1175 le chœur et la nef construits simultanément sont raccordés. La nef s’ouvre par un grand portail surmonté d’un remarquable tympan gothique représentant le couronnement de la vierge. En 1191 la cathédrale est terminée et consacrée, mais dépourvue de transept.
C’est milieu au XIII ème siècle que des croisillons sont réalisés en prenant dans la longueur de la nef. A l’extérieur la tour sud est prolongée d’une flèche à deux étages. Après huit siècles, elle domine toujours la ville médiévale de ses 78m de hauteur.

Façade sud de la Cathédrale de Senlis
Façade du transept sud de la cathédrale de Notre-Dame

Le feu provoqué par la foudre, détruit la charpente en 1504. Les voûtes effondrées, il est décidé de les reconstruire grâce aux donations des rois Louis XII et François Ier, elles sont surélevées de 6m. Les façades latérales sont enrichies d’un décor flamboyant. En 1520 l’édification du superbe portail sud est commencé par Martin Chambiges puis son fils Pierre.
Les transformations, agrandissements et embellissement continuent presque jusqu’à la Révolution Française.

La cathédrale subit alors quelques dommages.